BLOODRAIDERS : FLATLINERS

Flatliners

Le transport venait de jump dans le système.
La blueline corp s’occupait depuis plus de dix ans de transports de civils lowcost d’un système à un autre.

Pfuuuuuuu déjà sept ans à faire le même trajet tous les deux jours, pilote de transport civil, quelle tristesse après avoir connu l’ivresse des grands espaces et des frégates de combat.
La Navy l’avait viré après qu’il ai emboutit sa troisième frégate dans une hangar à l’appontage.
Ce n’était pas vraiment sa faute, plutôt celle des deux ou trois bouteilles qu’il s’envoyait chaque jour…
Une très mauvaise habitude, mais il se sentait tellement mieux après.
D’ailleurs…
Deux rasades plus tard, il alignait son ship vers le portail suivant…

Rien à craindre dans le coin, ces systèmes lowsec étaient loin de toute route habituelle, une amélioration de son cru pour arriver plus vite à destination.

Il lança le jump.
Il popa à l’improviste, 102 km de la gate, autrement dit dix bonne minutes avec son transport.
Des alarmes commencèrent à s’allumer un peu partout dans son cockpit.

Il plissa les yeux…Une bulle ? Mais aucun gang ne transitait dans le coin…
Des blips commencèrent à apparaitre sur ses instruments de surveillance, il stoppa les moteurs, de toute façon, impossible de s’enfuir.
Sans doute des pirates…Ils pilleraient les passagers…Et il faudrait qu’il explique pourquoi il était en dehors des routes habituelles.
Il allait encore perdre son job…
Il soupira.

Le bruit métallique d’un appareil se collant au sas de transfert le fit sursauter.
Ils étaient abordés.
Il sortit du poste de pilotage et se précipita vers la zone civile.

Ce furent les hurlements qui le firent s’arrêter en plein milieu d’une coursive.
Cherchant des yeux une cachette improbable il finit par retirer une grille d’une coursive technique, s’enfonça dans le tunnel à peine assez grand pour qu’il passe à quatre pattes et replaça la grille derrière lui.
Il entendit bientôt des pas…Deux personnes passèrent vers le poste de pilotage, des bottes de combat…
Les hurlements finirent par s’arrêter cinq minutes plus tard.

Il resta dans son conduit et finit par s’endormir…Après deux bonnes rasades de plus.

Il se réveilla en sursaut.
Complètement paumé il se heurta le tête dans un module et gémit avant de se couvrir la bouche pour éviter le moindre bruit.
Il attendit, son cœur battant la chamade.
Personne, aucun bruit.

Il s’approcha de la grille, la détacha longuement de son emplacement et rampa dans la couloir.
Il se mit debout.
Direction…Le poste de pilotage.
Personne, le poste était clean, aucune trace de passage.
Il récupéra un gumgun (une sorte de flingue avec des munition souples ne pouvant percer une coque) dans le compartiment de sécurité et s’engagea vers la zone civile d’où étaient provenu les cris.

Il but une rasade pour se donner du courage…Avant d’ouvrir le sas et de vomir tripes et boyaux devant le spectacle.
Les corps des civils étaient entassés dans les allées, balancés de ci de là sans aucune logique.
Les visages semblaient tous le regarder, l’accuser de sa lâcheté.
Il essuya un filet de bile avant d’oser regarder à nouveau.

Une chose paraissait étrange, mais il n’arrivait pas à mettre la main dessus…
Il s’enfonça dans la cabine en essayant d’éviter tout contact avec les cadavres.

PAS DE SANG
UN TEL MASSACRE ET PAS DE SANG.
Pas une goutte visible, pas une éclaboussure.

Il s’approcha d’un cadavre malgré sa répulsion.
Il le retourna et détourna le regard face aux yeux grands ouverts.
Aucune trace visible de mauvais traitement.

Il entendit le craquement venant de son dos trop tard, le coup lui fractura la mâchoire et il tomba dans les pommes avant même d’avoir compris l’origine de son évanouissement.

Il se réveilla attaché debout à une sorte d’appareil.
Pas de bâillon, mais sa mâchoire brisée lui empêchait d’émettre autre chose que de gargouillis incompréhensibles.
Le sas de la pièce s’ouvrit et une lumière crue en jaillit.
Il plissa le yeux le temps de laisser ses yeux s’habituer.
Un homme se tenait devant lui, grand, pâle. Habillé tout cuir noir.
Il sursauta en voyant le symbole blanchâtre sur sa poitrine.
Un bloodraider ?
Qu’est ce qu’un bloodraider foutait dans le coin ? On était très loin de leur territoire…

Le type ouvrit la bouche et lui sourit.
Il avait les dents limées, en pointe, toutes…
Ses tatouages faciaux combinés à ce sourire le faisait passer d’émo de bas étage à véritable vision d’horreur.
Il tenta de hurler mais sa mâchoire se rappela à son souvenir avec un pic de douleur insoutenable.
« – Tu te demandes sans doute pourquoi tu n’est pas encore mort ?
Ton sang était contaminé, nous t’avons mis en sevrage.
Maintenant que tu es enfin pur je vais te vider, et recueillir tout ça proprement.
Tu peux hurler si tu veux. Ça ne me dérange pas. »

Il hurla mais s’arrêta vite à cause de la douleur.
Il regarda son sang commencer à circuler dans des tubes translucides vers un container…Lentement mais surement.
Il commença à avoir froid, une envie irrépressible de dormir…

Les deux bloodraiders jetèrent le corps par dessus les autres.
« – Cette fois c’est fini !
– Oui. On devrait être tranquilles pour un moment. »
Ils s’allumèrent une cigarette.
« – Pas mal cette nouvelle technologie pour l’orientation dans le wormhole, élargir notre périmètre de chasse devenait indispensable.
– Ouais… »

Ils retournèrent dans le cruiser amarré au transport.
En jetant un coup d’œil par la baie il virent que les salvagers avaient finis leur travail, dépouillant le transport du peu qui pouvait leur servir.
Ils retrouvèrent leur maitre dans la salle de briefing.
RhésusA trônait en haut d’une estrade.

« – Une fois de plus, le flatliners ont vaincu.
Le sang impur a coulé et nourrit désormais notre cruiser.
Nous sommes purs.
Notre quête ne fait que commencer, bientôt d’autres nous rejoindront et le sang des grands empires ne coulera plus en vain dans des guerres stériles.
Ils rejoindront tous le grand mélange et serviront notre Empire.
Longue vie à vous flatliners. Que votre sang soit riche et pur. »

Des hurlements se firent entendre sur le pont
« – FLATLINERS, PUR ET RICHE ! »

Le cruiser se détacha du transport qui commença à dériver.
Il jumpa rapidement vers une entrée de wormhole…Et disparut vers une autre cible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.