operation goldfish (chp2 and end)

La salle de briefing était quasiment vide quand Saya y entra.
Gaia et G’Kar était en train de discuter avec Hekto. Ryanis n’était visiblement pas encore arrivée.
Elle s’alluma une cigarette et s’approcha du petit groupe.
« – Salut Hekto, salut les amouuuuureeeeux !
– Saya arrête ça tout de suite, on plus en maternelle.
– On voit que tu ne pirates plus les conseils du directoire ! »

G’Kar leva un sourcil et Hekto toussa discrètement.
« – Ha oui pardon, c’était pour rire bien sur…Bon elle est où l’araignée tisseuse de destin des Beyond ? C’est bien gentil de nous convoquer mais ça serait bien qu’elle vienne…
– Je suis juste derrière toi Saya. »

Sourires des trois autres.
Saya leva les yeux au plafond. Bandes de petits salopiaux.

Ryanis s’installa derrière la console de la salle de conf et lança le briefing.
« – Voici votre objectif, une station isolée dans un système éloigné. Votre mission sera de pirater le système de cette station. »
Gaia leva un sourcil, l’air perplexe.
« – Pourquoi y aller Ryanis, vu notre compétence on ne peut pas la pirater en externe ?
– Tu te doutes bien que non, la base de donnée à corrompre est isolée de tout système. Seul un technicien accrédité peut y accéder et j’ai besoin de ces données, ou plutôt que tu y insère un vers qui se lancera dès que la base sera modifiée pour la lier au réseau et que je puisse intervenir en externe. Donc en gros, tu vas injecter du code et tu vas trouver un moyen sur place pour installer un relais qui nous renverra les données discrètement.
– Ok… »
G’Kar plaça sa main sur l’épaule de Gaia.
« – T’inquiètes ma belle, si je suis de la partie c’est pour te couvrir sur le terrain. N’est ce pas Ryanis ?
– Tout à fait, pas de témoin. Normalement l’effectif de cet avant poste est de trois à dix personnes. Vous liquidez tout le monde. Pas de témoins. G’Kar tu provoquera avec Gaia une décompression fatale avant de partir, histoire d’expliquer la mort de tous les occupants.
– Sale boulot.
– Oui, mais il faut le faire c’est tout. »

Saya entra dans la discussion.
« – Et moi et Hekto ? On sert à quoi ?
– Primo vous ne serez pas trop de deux pour les manœuvres de connexion manuelle au sas d’entrée,ensuite il faudra vous assurer qu’aucune capsule de sauvetage ne jump durant l’opération.
– Mouais mouais. Cette fois tu es sure de ton coup ? Pas de fleet cachée, pas de capital en drop ?
– Cette fois je suis sure.
– …
– Tout est clair ?
– Pour moi oui. »
Hekto hocha la tête.

« – Votre ship vous attend hangar 27B-21. Vous partez dans une heure pour éviter toute fuite d’information.
– Hekto je peux te parler une minute ? »

Saya, Gaia et G’Kar sortirent.

« – Tu me veux quoi Ryanis ?
– Je veux que tu surveilles Saya, elle est incontrôlable quand on touche à sa sœur.
– Pas question, Saya est digne de confiance.
– J’ai pas dit le contraire, mais je me méfie de ses initiatives et de son agressivité. Je ne veux pas que quelqu’un se doute qu’on a touché aux données c’est vital pour les Beyond…
– Dans ce cas fallait pas prendre cette furie pour la mission.
– Pas de Gaia sans Saya. Et vice versa d’ailleurs.
– Ok mais je ne te promet rien Ryanis. Je n’aime pas jouer dans le dos des gens.
– Compris. Allez vas y, ils vont t’attendre. »

Une heure plus tard Hekto arriva dans le hangar.
Saya regardait leur ship avec ravissement.
Hekto siffla.
« – Ah ouais quand même !
– Oui un chameleon, rien que ça ! Je sais pas où elle a trouvé ça mais c’est vrai que c’est le top de la discrétion.
– Vu le prix, elle doit être sure qu’on ne rencontrera personne. »
Saya sourit et entra dans le ship.

G’kar et Gaia arrivèrent, l’un en tenue de combat lourde et Gaia dans une combinaison noire hyper moulante.
« – Et ben ptite sœur on se prend pour trinity ma parole ! »
Gaia rougit.
G’Kar intervint avec un ton professionnel.
« – Tenue d’intervention technique. Kevlar anti feu, anti acide anti éclat. Le top du tech d’intervention. Et en plus ça lui va bien. »
Gaia était pivoine.
« – Vous êtes lourds là, on y va ? »

Hekto prit les commandes, Saya assurant le poste d’opérateur de bord.
Le chameleon dédocka cloaka instant et disparut dans le ciel sous les reflets du soleil du système.

Deux jours plus tard. Ils étaient en vue de l’avant poste. Ryanis n’avait pas exagéré, s’il existait un point central dans l’univers, ils en étaient certainement le plus éloigné possible.
Le trou du cul de new Eden, même les pirates ne traînaient pas ici.

Hekto fit signe à Saya.
« – Ok les loulous on arrête de se bécoter et on se prépare, accostage dans 3 minutes. »
Invisible au radar le chameleon piloté de main de maître se positionna sur un sas d’entretien.
« – 3, 2, 1, connexion ».
Un bruit métallique résonna dans le ship
Saya leva le pouce.
« – Trois signatures thermiques à bord G’Kar. Vous pouvez y aller. Tu prends soin de ma sœur. Sinon je me sers de tes attributs pour sonner la fin de service au Titty !
– Reçu. Silence radio. »

Le sas s’ouvrit, G’kar avança prudemment. Avance tactique, Gaia se fondait derrière lui comme son ombre.
Ils arrivèrent au centre de repos.
Deux homme étaient en train de manger.
tchouptchoup
Ils ne surent jamais quel goût aurait eu leur dessert.
G’Kar continua sa progression sans sourciller.
Gaia détourna le regard. Les têtes pulvérisées des deux hommes n’étaient pas un spectacle réjouissant.

Ils arrivèrent devant un sas. G’Kar fit signe à Gaia.
Serrure électronique, la salle réseau était juste derrière.
Gaia plugga sa console bidouillée et pirata la serrure en quelques secondes. Le sas s’ouvrit.
G’Kar lacha une rafale tout en plaquant Gaia au sol.
Il vida son chargeur. Puis un second tout en avançant dans la salle. Assault des commandos, on avance en tir de suppression.
Quand le tchouptchouptchoup des tirs s’arrêta, Gaia leva la tête pour observer un G’Kar en alerte l’arme à l’épaule au milieu de la pièce réseau.
« – Tu peux entrer Gaia. C’est sécurisé. »
Elle repéra immédiatement un tech, ou ce qu’il en restait mais surtout les restes de quatre drones de défense.
« – Joli carton !
– Au boulot ma belle, je te couvre. »

Gaia se plugga en direct au système. Elle entra dans le réseau, cette sensation était encore plus intense que le pilotage, une liberté sans égale.
Elle évita les défenses sans problème et connecta la base en créant une porte dérobée que Ryanis exploiterai sans aucun problème.
Tout roulait, la routine.
Elle avait même le temps de jeter un coup d’œil plus approfondi aux autres bases du système.
Elle se repéra vite dans l’architecture et trouva un système annexe, une sorte de routine dans la routine qui semblait venir de se mettre en marche. La progression de ce système était exponentielle et Gaia commença à ressentir un malaise qui se changea vite en menace.
« – Bonjour Gaia, merci ton aide.
– …
– Tu m’a libéré, tu devrais partir mes enfants vont arriver. Vous êtes chez nous désormais »
Gaia se déconnecta en urgence.

« – G’Kar, faut qu’on bouge tout de suite !
– Quoi ?
– Je ne sais pas ce qu’on a réveillé mais il faut qu’on parte ! »
G’Kar reparti aussi vite qu’il le pouvait vers le sas, Gaia sur ses talons.

Saya leva les yeux et resta bouche bée
« – Entrées multiples dans le système ! Aucune trace thermique !
– J’ai vu, je fais chauffer les moteurs, romps le silence radio et dis leur d’évacuer, fini ou non on dégage, je me fous de ce que Ryanis pourra dire !
– EVAC EVAC EVAC ! »

G’Kar et Gaia passèrent le sas qui se ferma aussitôt.
Ils tombèrent quand le Chameleon prit de la vitesse. Les hurlement des moteurs poussés au max de leur capacité interdisaient toute possibilité de discussion. Ils foncèrent vers le poste de pilotage.
Ils s’assirent sur des sièges passagers à l’arrière du cockpit.

Hekto et Saya étaient à fond.
On aurait cru qu’il ne faisait plus qu’un avec leur ship.
Au travers du cockpit, Gaia repéra une flotte de dominix qui leur fonçait dessus.
« – Mais c’est qui ça ?
– Dis plutôt quoi…Aucune trace thermique ce sont des mothership drones, je croyais que c’était une légende, et visiblement ils se foutent de mes contre mesures et du cloack !
– Il faut qu’on dégage !
– Tu crois qu’on fait quoi là ? Une marelle ?
– Saya reste concentrée on a une nuée qui essaye de nous intercepter.
– Oui deux autres à 3 et 7 heures. Encore 12 secondes pour le warp.
– Trop long !
– Je force le système et advienne que pourra
– NON C’EST TROP… »
Saya engagea le warp.
Le chameleon jumpa .

Ryanis les attendait de pied ferme.
Le chameleon docka.
La coque portait des traces de brûlure imputable à un passage trop proche d’un sun lors d’un warp. Certains modules externes étaient complètement détruits.
Mon dieu…Comment elle allait expliquer ça…

Gaia, G’Kar, Hekto et Saya descendirent du ship par un sas manuel d’évacuation.
Ils semblaient épuisés. Et surtout ils étaient pales comme des fantômes.

Saya s’approcha de Ryanis.
« – Je suppose que tu as vu qu’on a réussi, aucune chance qu’ils ne détectent notre venue VU QUE TOUTE LA RÉGION DOIT ÊTRE SOUS DOMINATION DRONE A CET INSTANT !
– Comment ça ?»
Gaia s’approcha et repoussa Saya
« – On a réveillé une IA, une mère des drones, et elle s’est empressée d’appeler ses petits.
– C’était donc ça qu’ils faisaient là bas…
– Franchement dis moi que tu ne le savais pas, sinon je ne sais pas ce que je vais faire…
– Je me doutais d’un truc bizarre, surtout quand j’ai pu accéder à la base mais jamais j’aurai pu imaginer qu’ils essayent de travailler sur une IA aussi dangereuse. J’ai réussi à la copier avant que l’accès soit bloqué. En tout cas ça aura l’air d’un accident. Votre présence aura donc été invisible. »
Une explosion retentit dans le hangar, l’un des moteurs du ship venait d’imploser déclenchant les extincteurs d’urgence.

Hekto sourit et regarda Ryanis.
« – Bonne chance pour expliquer ça à ton commanditaire, je crois que le chameleon est foutu cette fois.  Allez on va finir au Titty…C’est Ryanis qui paye
– Quoi ?
– Fais pas ta misérable, c’est quoi une soirée de troquet comparé à un chameleon ? Même si Saya boit comme d’hab tu devrais réussir à faire passer ça en note de frais !»
Saya lui colla une bourrade dans le dos tout en se dirigeant vers la sortie du hangar.
G’Kar tout silence prit Gaia sous son bras et suivit le même chemin.

Ryanis resta seule, regardant l’épave d’un air désolé.
Espérons que la vente de la copie de l’IA à une corpo ennemie pour qu’elle leur pète à la tronche version apocalypse en passant par ses habituelles voies détournées couvre les frais…
Espérons.

2 réflexions au sujet de « operation goldfish (chp2 and end) »

  1. Tchouptchouptchoup….
    … le bruit des rafales…
    Ça faisait longtemps que t’avais pas écrit mais là c’est une rafale de textes que tu nous a fait….
    Et en plus il sont bon…
    Il ne me reste plus qu’à me remettre moi aussi au boulot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *