The White Rabbit : April

Les transporteurs allaient jump en urgence, April orbitait en protection rapprochée avec trois autres pilotes.
La première vague d’assaillanst leur avait couté cher, elle avait perdu des amis, mais pas le temps de penser à tout ça, il fallait que les transporteurs évacuent les civils.
Soudain une fleet de bomber décloaka à 30 km d’elle, elle aligna et fonça sur eux mais leurs torpilles étaient déjà parties et l’un des transporteurs explosa derrière elle.
« – Enculés ce n’était que des civils ! »
Elle accrocha un des bombers et le détruisit rapidement, Myralen avait été détruit, elle aligna vers sa cible suivante quand des alarmes résonnèrent dans son pod.
Elle était lock, elle enchaina des manœuvres d’esquives mais fut frappée de plein fouet par des tirs de sentry.
Son intercepteur modifié n’encaissa pas le choc, elle fut brutalement expulsée dans l’espace.
La dernière chose qu’elle entendit fut Saya qui l’appelait sur le comlink.
Son pod implosa dès la première salve des sentries du blackops le plus proche.

April se réveilla lentement, aucun bruit ne filtrait autour d’elle.
Elle ouvrit les yeux lentement, la lumière était tamisée. Elle regarda autour d’elle ce qui lui arracha un gémissement, elle avait mal partout.
Elle était dans une chambre médicalisée, visiblement dans un ship hôpital. Elle n’arriva pas à identifier la planète autour de laquelle ils orbitaient actuellement.
Elle reconnut les logos sur les appareils, Les sisters of EVE.
Elle tenta de se lever mais l’effort était trop important.
Une femme, la cinquantaine bien tapée entra. Blouse blanche, logo Sister of Eve, sans doute un médecin.
« – Ho, vous êtes réveillée ? Je ne voulais pas vous déranger. Comment vous sentez vous jeune fille ?
– Je me sens mal, très mal. Pire que d’habitude après un clonage.
– C’est normal April.
– Comment ça normal ?
– 2 ans de coma ça laisse des traces, même avec le moyen médicaux à notre disposition. Pour le moment reposes toi, tu auras tout le temps de poser toutes les questions que tu veux. »
April accepta sans rechigner le verre et les deux pilules que lui tendit la SOE.
Le sommeil lui tomba dessus brutalement, elle n’eut même pas le temps de se demander ce qui lui arrivait.

Deux jours plus tard elle marchait lentement dans une coursive quand Lisabeth la rattrapa.
« – Tu es impossible April, tu dois te reposer. Pas commencer à te balader partout.
– J’en avais assez de tourner en rond dans ma chambre. Je voulais prendre l’air. »
Lisabeth soupira.
« – Il faut rentrer maintenant, on approche du cœur de l’empire Caldari. Si les douanes inspectent le vaisseau il faut que tu sois dans ta chambre. On ne sait jamais.
– Tu m’as pourtant expliqué que j’avais une nouvelle identité non ?
– Oui, mais si tu es ici et en état de marcher, rien ne les empêche de faire une enquête approfondie. Et je doute que vu le tatouage sur ta cuisse, tu sois une pilote de transporteur accidenté…Alors fait profil bas s’il te plait. Ne complique pas les choses.
– D’accord… Je te suis.»
Bien lui en prit.

Les douanes arraisonnèrent le vaisseau deux gates plus loin. L’inspection tourna vite au cauchemar pour les SOE.
L’inspecteur était un vieux de la vieille, ancien pilote de combat de la Caldari Navy, aigri par ce qu’il considérait comme une mise au placard, il fit tout son possible pour contourner la protection dont jouissait les SOE.
Il réussit à identifier sept patients interceptés dans la cafétéria du ship hopital.
Malgré les protestations de l’équipage des SOE, les sept furent emmenés de force.

April regarda le battleship des douanes désengager après que leur shuttle était revenu à bord.
Même ici, elle n’était finalement pas à l’abri.

Lisabeth entra dans la chambre, furieuse.
« – Bande d’enculés de traine sabre. Sale vieux frustré de merde !
– Hé ben, un vrai langage de pirate !
– Qu’est ce que tu crois, que j’étais bonne sœur avant de rejoindre les SOE ? Les Serpentis ça te dit quelque chose fillette ?
– Vaguement oui…Tu devrais te calmer Lisabeth…
– Tu as raison. Je te fais un scan. »
Le scan finit, elle commençait à ranger son matériel quand April se mit devant la porte.
« – Maintenant finit les esquives. Tu vas enfin répondre à toutes mes questions.
– Inutile d’adopter ton attitude de voyou fillette. Tu n’as pas le niveau pour ça. Je vais répondre à tes questions.
– Où est mon frère, mon commandant, mes amis ?
– Aucune idée. Comme tu le sais tout est cloisonné pour votre sécurité. Je sais juste qu’on t’a récupéré dans le reste de votre outpost. Tu avais été poddé et le ton clone était activé.
Visiblement tu n’as heureusement pas eu de bug au clonage ce qui est un miracle au vu votre installation. Mais tu étais en détresse cérébrale importante et il a fallut deux ans pour te remettre sur pied à 100%. Le temps d’une reconstruction cérébrale partielle.
– Qu’est ce que vous allez faire de moi ?
– Te remettre sur pied. Ensuite tu choisira ta voie.
– Ok, on est où là ?
– Proche de Jita, on doit réapprovisionner.
– Ok. Vous me larguerez là alors.
– Si tu y tiens jeune fille, si tu y tiens. Je peux y aller maintenant ?
– Oui bien sur. »
Elle s’éloigna de la porte.
Lisabeth lui sourit avant de sortir.

Trois jours plus tard, elle était sur les docks de Jita. Lisabeth la serra dans ses bras avant disparaitre.
Cinq heures plus tard un worm d’occasion pacifié « pour les collectionneurs » étaient en train d’être réarmé sur un dock discret de la station. Ses contacts Gurista étaient encore actifs.
Son wallet de sécurité bien approvisionné lui facilita la tache. A Jita, tout se vend, tout s’achète, il suffit juste de mettre le prix.

Elle dédocka le lendemain, direction Abagawa. Saya lui avait dit que ses sœurs étaient là bas. Peut être qu’elle aurait des nouvelles…

FIN DU CYCLE : The White Rabbit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.