Toi, tu creuses…

Abagawa.
Gaia se leva tôt, prit une douche rapide et se regarda dans le miroir…Elle avait l’air d’avoir pris cinq ans en trois mois.
Elle laissa ses pensées dériver, les SONS étaient au plus mal.
Deux des membres disparus in space, trois autres arrétés et condamnés à des peines sévères pour de menus larcins. La majorité des ships saisis par les douanes lors d’un descente au hangar…
La vengeance de Saya, même si elle était parfaitement compréhensible avait couté très cher au club.
Elle entendit des cris au rez de chaussée du club house, saisit une arme de poing et fonça.
Quand elle arriva dans la salle, trois bidasses en tenue de combat lourd braquaient April et Alahar.
Elle lacha son arme qui tomba sur le tapis dans un bruit étouffé.
« – Vous devez être Gaia Hecatonchires. Veuillez nous suivre.
– Et si je vous dit non ?
– Je fais abattre vos amies, et vous me suivrez de gré ou de force. »
La voix était glaciale, comme si la femme habillée comme une avocate corporate ne considérait ça que comme une tache routinière un peu pénible.
– Ok, je vous suis. »
Les trois bidasses levèrent leurs armes.
Le regard d’April croisa celui de Gaia. Elle avait compris, rien à faire dans l’immédiat.
La petite troupe accompagna Gaia de la vieille ville jusqu’au secteur des offices corporates de la station.
Comme elle s’y attendait un peu on la fit pénétrer dans celui de la Wiyrkomi, non sans avoir été fouillée et passée au scan avant.
On la fit entrer dans un salon immense avaec une baie donnant sur la sortie de station.
Au bout de dix minutes d’attente, elle se leva et regarda les ships s’éloigner. Le spectacle était devenu très coloré depuis les dernières avancées des peintures nanotech appliquées aux ships.
Evidemment les corporations avaient flairées le bon filon et les brevets déposés faisaient que certains designs étaient hors de prix…
Elle entendit le chuintement de la porte derrière elle mais ne retourna pas.
« – Bonjour Mademoiselle, prenez place je vous prie. »
Elle se retourna face à un homme sans age. Il s’était assis à la petite table qui tronait au milieu de la salle. Elle alla s’asseoir cranement, même si elle n’en menait finalement pas large.
« – Un café ?
– Non ça ira. Si vous me disiez plutot ce que je fais ici ?
– Je vois…Pas civilisée mais pragmatique.
-…
– Puisque vous voulez aller vite, allons y. Vous n’êtes pas sans savoir que le meurtre de notre employée et de sa famille nous a mis dans l’embarras. Je sais, elle avait fait tuer vos parents…Sur mes ordres.
Vos parents bien que charmants allaient partir chez nos concurrents directs et il nous était impossible de laisser faire cette exfiltration.
Nous avons donc prit les mesures qui s’imposaient.
Nous ne pensions pas que les filles Hecatonchires pourraient faire autant de dommage, nous vous avons sous estimé et ça nous a couté cher.
– Vous auriez pu vous renseigner avant non ?
– Nous l’avions fait mais notre précédent directeur de sécurité a cumulé un certain nombre d’erreurs qui ont conduit à la situation actuelle. Comme votre soeur a visiblement un certain talent pour disparaitre et se défendre, et que vos contacts dans la Caldari Navy ainsi que les milieux illégaux de la station pourraient éventuellement nous poser quelques soucis, nous avons décidé de vous proposer un compromis.
– Proposer ? »
L’homme sourit, son regard ressemblait à celui d’un requin avant de mordre.
« – Voilà les termes de cet accord. Nous allons immédiatement retirer le contrat sur la tête de votre soeur, de toute façon elle est loin, en bordure extérieure. Et pour l’instant ça nous a couté plus cher que ça ne nous a rapporté. Ensuite nous arrêterons toutes les petite turpitudes qui vous empoisonnent la vie, contrôle des douanes, arrestations et éliminations de vos membres in space.
– Mais ?
– Il y a toujours un mais en effet. Vous, votre soeur et vos amis resterez disponibles.
– Disponibles ?
– Disons que des groupes comme le votre peuvent nous servir en cas d’opération…sensible.
– Ma soeur ne voudra jamais et vous le savez bien. Tuez moi si vous le voulez mais elle vous fera la peau quitte a crever avec vous.
– Alors laissons tomber Saya. Après tout ce n’est qu’une gamine capricieuse, bornée, agressive et pas très maline.
– Suffisamment pour vous échapper…tirez en les conclusions sur votre niveau !
– CA SUFFIT. LES SONS DEVRONT NOUS OBEIR PONCTUELLEMENT! SINON JE VOUS RASE DE NEW EDEN TOI ET TOUTE TA RACAILLE QUI FAIT HONTE A TOUTE CIVILISATION!
– Vous montrez enfin votre vrai visage. Alors voilà mes conditions, je veux que les trois membres soient libérés, que tous nos ships soient disponibles à nouveau et que vous nous laissiez vivre. Nous effectuerons deux opérations noires pour vous. Pas une de plus. Toutes les infos transiterons par moi. Evidemment je m’occuperai de sauvegarder toutes les infos sur ces opérations sur un serveur privé hors réseau, hors de l’empire. Si quoi que ce soit nous arrive à moi, ma soeur, ou l’un des membres hors d’une de ces opérations tout sera balancé à SCOPE et à vos concurrents directs. C’est bien clair ?
– C’est donc toi le vrai cerveau du groupe alors. Tes amis sont libres depuis une heure. Les scellées ont été retirées du hangar. Deux opérations c’est ce qu’il faut, plus vous seriez identifiés de toute façon.
– Ce sera tout « Monsieur » ?
– Avez vous déjà pensé à rejoindre une megacorporation Mademoiselle ? Si vous me passez l’expression vous avez les couilles et le cerveau, ce qui est rare.
– J’ai des amis fidèles, ça me suffit amplement.
– Personne n’a d’amis dans New Eden.
– C’est ce qui fait la différence entre votre monde et le mien « Monsieur ». »
Il se leva et sortit sans un mot.
Une jeune secrétaire entra et accompagna Gaia jusqu’à la sortie de l’office.
Le temps de retourner au club House, les trois manquants étaient déjà là.
April sauta dans les bras de Gaia.
« – J’ai bien cru qu’on ne te reverrait jamais toi !
– Tous à la table, on doit discuter et voter ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.